L’OM gagne la Coupe de la Ligue

286

Au terme d’une rencontre très terne, l’Olympique de Marseille a remporté la Coupe de la Ligue en battant l’Olympique Lyonnais (1-0). Remplaçant et buteur, Brandao a encore une fois sauvé l’OM. Auteur d’un match médiocre, l’OL ne méritait pas mieux, mais pourra se consoler avec la finale de la Coupe de France. En remportant cette coupe, Marseille sauve sa saison en se qualifiant pour la prochaine Europa League.

Les affrontements olympiques entre Lyon et Marseille nous ont habitué à rêver depuis quelques saison. Mais cette finale de la Coupe de la Ligue n’était pas de cet acabit. Tout deux décevants cette année, l’OL et l’OM n’avaient que trop de raison de vouloir l’emporter pour se ruer à l’attaque. La première période ne sera d’ailleurs qu’une longue traversée du désert. Pas une seule occasion franche à se mettre sous la dent. Totalement hachées par les nombreuses fautes commises par les vingt-deux acteurs, la rencontre peine lamentablement à décoller et un brin d’agacement se fait sentir dans les travées d’un Stade de France plein à craquer. Il faut dire que la prestation médiocre des deux équipes n’avaient absolument rien d’emballant. Entre les mauvaises passes, les appels de balles à contre-temps, les ouvertures trop longues, les dribbles manqués et les contrôles (mal)orientés, difficile d’apercevoir une once de talent. A la mi-temps, une bronca viendra même accompagner les joueurs aux vestiaires.

Monsieur Lannoy, homme du match

Fort heureusement, la pause aura servie puisque en deuxième mi-temps, le spectacle va enfin débuter. Revigoré, l’OM pousse, combine beaucoup, mais se montre imprécis dans la dernière passe. Pourtant, lorsque celle-ci est réussie, le dangers est énorme sur le but de Lloris. Servi admirablement par Valbuena, Amalfitano place une puissante tête que le portier des Bleus ne peut que détourner sur le poteau (64e). Lyon échappe de peu à la correctionnelle et se montre alors plus prudent. Gomis et Lisandro sont virevoltants devant mais se heurtent à l’excellent Nkoulou, rempart infranchissable de l’arrière-garde phocéenne. Incapables de se départager au bout de quatre-vingt-dix minutes, les deux équipes ont alors le droit à une prolongation. A la fin du temps réglementaire, une statistique est frappante : un seul tir cadré durant la partie.

Brandao, ce sauveur

Dès le début, les prolongations ont un air de KO. D’un but à l’autre, le cuir voyage incessamment. A vingt mètres, Valbuena s’essaye mais manque cruellement de force. La réponse est doublement immédiate. Gomis et surtout Briand frappent au but mais ne cadrent pas. La chance des Lyonnais s’est peut-être envolée, comme le tir de l’ancien rennais. Dans la foulée, Cheyrou centre dans la surface de réparation, Umtiti se rate et permet à Brandao de crucifier Lloris de près (1-0). Le stade, majoritairement bleu et blanc, exulte, le banc marseillais aussi. Galvanisés par ce but, les Olympiens poussent encore. Il faut un Lloris impeccable pour éviter le pire face à A.Ayew. Globalement, Lyon est bien trop décevant pour pouvoir espérer l’emporter. Sans réaction même en étant menés, les Gones semblent vidés à l’occasion du 50e match de leur saison. La fin de match sera des plus décousues, hachées par des fautes à répétition. Un début de bagarre, suivi de l’exclusion de Lovren viendra ternir un peu plus cette rencontre maussade. L’Olympique de Marseille remporte sa troisième Coupe de la Ligue d’affilée et se qualifie donc pour l’Europa League. Après douze matches sans victoires, l’OM se relance … au meilleur moment. Lyon ne méritait pas mieux.

0 Partages