Le Bayern punit le Real

276

Le Bayern Munich s’est offert le scalp du Real Madrid (2-1), ce mardi, lors de la première demi-finale aller de la Ligue des champions. Ribéry (7e), puis Gomez, en toute fin de match (90e) ont permis aux Bavarois de s’imposer, alors qu’Özil avait égalisé (53e). Logiquement récompensés de leur domination, les Allemands sont en ballotage favorable avant le match retour, la semaine prochaine en Espagne.

Et de dix. En dix matches sur la pelouse du Bayern Munich, le Real Madrid ne s’est jamais imposé. Une statistique qui s’est confirmée ce mardi soir, pour le plus grand malheur de José Mourinho. Pire encore : ce neuvième revers en Bavière (pour un nul), loin d’être illogique, plombe sérieusement les chances de qualification des Merengues pour la finale de la Ligue des champions. Tout avait bien mal commencé pour le Real Madrid. Sur sa première occasion, le Bayern Munich mettait le feu à l’Allianz-Arena. Profitant d’un corner mal renvoyé, Ribéry tentait sa chance de demi-volée dans la surface. Casillas, masqué et ne voyant pas le cuir arriver dans une forêt de jambes, était surpris (1-0, 17e). Il n’en fallait pas plus pour emballer une rencontre qui ne demandait que ça, entre deux équipes très offensives et qui se rendaient coup pour coup. Peu habitués à se faire autant bousculés cette saison, les Merengue ne parvenaient pas vraiment à apporter le danger sur le but bavarois, mis à part sur la première grosse occasion du match signée Benzema, qui trouvait sur sa route Neuer (7e).

Cristiano Ronaldo se montrait maladroit, que ce soit sur coup de pied arrêté (20e, 31e), ou sur des frappes dans le jeu (30e), avant de totalement disparaître au fil des minutes. Après une première période très intense, le rythme retombait quelque peu au retour des vestiaires. L’entrejeu bavarois, si impressionnant lors des 45 premières minutes, n’exerçait plus le même pressing. Le Real en profitait pour sortir quelque peu la tête de l’eau. Benzema réussissait un gros travail et centrait pour Özil, qui remettait les deux équipes à égalité (53e, 1-1). Assommés et quelques peu émoussés physiquement, les Munichois, malgré le soutien de leur public, ne parvenaient pas à inscrire ce but si important à une semaine du retour à Madrid. Gomez avait pourtant les occasions pour, mais trouvait sur sa route Casilas (39e), ou ne parvenait pas à cadrer ses tentatives, que ce soit du pied (70e) ou de la tête (72e), et voyait l’arbitre lui refuser un penalty sur une faute de Coentrao (87e).

Le Real se contentait de ce résultat et ne montrait aucune volonté de forcer la décision après son égalisation, malgré les gesticulations de Mourinho dans sa zone. Et c’était donc presque logiquement que les Madrilènes se faisaient punir en toute fin de match. Lahm déposait Coentrao dans le couloir gauche de la défense madrilène et centrait pour Gomez. L’attaquant allemand se jetait pour inscrire son 13e but en Ligue des champions (90e, 2-1). Un but qui risque d’avoir son importance. En ballotage favorable en cas de nul, le Real Madrid se retrouve désormais dos au mur avant le match retour dans une semaine à Santiago-Bernabéu. Troisième équipe à battre les Merengue cette saison après le Barça (trois fois) et Levante, le Bayern Munich s’est mis dans les meilleures dispositions pour atteindre son rêve et disputer la finale de la Ligue des champions sur sa pelouse. Il faudra désormais tenir et conserver cet avantage en Espagne.

0 Partages