La Russie a parfaitement démarré son Euro 2012

295

La Russie a parfaitement démarré son Euro 2012

La Russie a parfaitement démarré son Euro 2012, vendredi, du côté de Wroclaw. Opposés à la République tchèque, les partenaires d’un très bon Alan Dzagoev se sont imposés 4-1, et prennent du même coup les commandes du groupe A. Avec un jeu en contre diablement efficace, les Russes posent leurs jalons pour la suite de la compétition.

 Les Russes prennent les devants dans le groupe A. (Reuters)

La Russie assume. Autoproclamés favoris de ce groupe A, les Russes ont mis les actes en accord avec leurs paroles. Face à la République tchèque, les hommes de Dick Advocaat se sont en effet montrés sous leur meilleur jour, et signent la première victoire marquante de cet Euro 2012 (4-1). Dans le camp d’en face, l’heure est à la déception, et Michal Bilek a encore du pain sur la planche s’il veut espérer emmener son équipe en quarts de finale. Tout le contraire d’une Russie qui a confirmé qu’il faudrait bien compter sur elle.

Les certitudes sont en effet nombreuses pour les demi-finalistes de l’édition 2008. Il y a d’abord ce style de jeu assumé, en première période. Bousculés durant 15 minutes, les partenaires d’Andrei Arshavin ont patiemment attendu leur chance, pour surgir en contre. Et c’est tout d’abord Dzagoev qui frappe, après une tête de Kerzhakov sur le poteau (1-0, 15e). Dans la foulée, Shirokov profite d’un formidable service d’Arshavin pour doubler la mise, et mettre son équipe à l’abri (2-0, 23e).

L’entrée décisive de Pavlyuchenko

En décidant de jouer le contre, la Russie a donc joué juste, et a mis KO une équipe tchèque trop brouillonne. Mais pour mettre en place ce style de jeu, Dick Advocaat peut compter sur un collectif huilé. Le fait d’aligner sept joueurs du Zenith Saint-Pétersbourg au coup d’envoi a permis aux joueurs de se trouver les yeux fermés. Et quand ces joueurs dominent leur sujet, à l’image de Shirokov, Arshavin ou Dzagoev, il devient vite difficile de prendre le dessus sur cette équipe.

Les partenaires de Petr Cech ont bien cru un temps relancer la rencontre, suite à un but de Pilar (2-1, 52e), mais les Russes ont su courber l’échine, pour mieux se relancer en fin de rencontre. Entré à la place d’un Kerzhakov trop maladroit, Pavlyuchenko en profite pour offrir une passe décisive à Dzagoev (3-1, 79e), puis y allé de son but à lui, après avoir effacé deux adversaires dans la surface (4-1, 82e). Cette Russie a donc, en plus, de la réserve. L’Europe est prévenue.

0 Partages