“A 0-2, tu te dis que c’est terminé” : les Belges, eux aussi, ont bien cru y passer

429
les Belges

La première période s’est écoulée sans but marqué et sur un rythme monocorde. Cependant, il y a déjà eu une première alerte japonaise, juste avant la pause (44e), signée Osako. Une occasion qui aurait pu réveiller les Belges. Cela n’a pas été le cas. Peut-être trop sûrs d’eux, les hommes de Martinez ont attaqué la seconde période avec très peu de hargne. À ce niveau-là, cela ne se pardonne pas, à fortiori si la défense n’est pas attentive sur les longs ballons venus de derrière. Comme cela a été le cas sur le but inscrit par Haraguchi (48e). L’ailier japonais a réussi un très bel enchainement contrôle, accélération puis frappe croisée, mais c’est surtout le marquage défaillant et la lenteur de Vertonghen qui furent criants sur cette action.

A 0-1, les têtes belges étaient dans le seau et les Japonais ne se sont pas privés pour les y enfoncer. A peine quatre minutes plus tard, Inui doublait la mise pour les Asiatiques. Servi à 20 mètres des buts, le joueur d’Eibar ne s’est pas posé de questions et a décoché une superbe frappe à mi-hauteur. Le ballon a fini au ras du poteau sans que Thibaut Courtois ne le touche. Ça faisait 2-0 et les Blue Samourai avaient alors fait le plus dur en vue d’une qualification. C’est ce qu’eux, mais aussi tous ceux qui ont assisté à ce match ont cru.

Le capitaine belge a réalisé une première période compliquée, ne réussissant pas à faire la différence. Auteur de la première frappe cadrée du match (27e), il a été plus tranchant en seconde période, notamment en tapant le poteau d’une frappe à l’entrée de la surface, à la suite du premier but des japonais (47e). A la 74e minute, il est le passeur décisif qui permet à Fellaini d’égaliser de la tête.

Les Diables Rouges ont tout remonté pour l’emporter 3-2 au bout des arrêts de jeu !

 

0 Partages