Tunisie:Le livre de Leila Ben Ali disponible sur les réseaux sociaux le jour de sa parution en librairies!

183

Paru jeudi matin dans les librairies en France, «Ma vérité» de Leila Ben Ali Trabelsi, épouse du Président déchu, est déjà disponible sur les réseaux sociaux !

En effet, Karim Guellaty, alias @guellaty a pris soin de publier sur son compte Twitter, le premier chapitre du livre, page par page, via des photos. Après avoir atteint la limite tolérée par Twitter pour les photos, il bascule sur Facebook pour la suite du livre, avant de créer un autre compte Twitter, @cestmoi83611051 et poster le deuxième chapitre du livre, scanné cette fois. Le 3ème chapitre est publié par une autre tweeple @lamias. Les internautes ont rapidement repris les scannes. Effet boule de neige garanti.

Les pages du premier chapitre ont été reprises par le site de la radio Shems fm pour en faire un document pdf .

 

A l’occasion de la sortie du livre de Leila Ben Ali  le directeur des Editions du moment, Yves Deraï, s’est exprimé sur les ondes d’Express Fm.
Yves Deraï revient ainsi sur l’expérience qu’il a eue avec Leïla Ben Ali. Il affirme qu’un Tunisien qui préfère garder l’anonymat a servi d’intermédiaire entre l’éditeur et la femme du président tunisien déchu. L’élaboration du livre s’est faite via Skype, une expérience inédite pour M. Deraï qui déclare avoir été étonné de la nouvelle apparence de Leïla Ben Ali, sans maquillage, voilée et avec des lunettes noires. La photo servant de couverture au livre est ainsi représentative de l’apparence actuelle de l’ancienne première dame. Durant ces conversations sur Skype, l’éditeur affirme avoir eu des échanges avec Ben Ali lui-même, qui commentait ou corrigeait parfois ce que disait sa femme et qui a pris la peine de se présenter à l’éditeur. « Il avait l’air tout à fait en forme, décontracté, souriant », précise M. Deraï, ajoutant qu’il ne semblait pas y avoir de problèmes particuliers dans le couple.

Si Leïla Ben Ali reconnait, dans son livre, que son mari n’a pas laissé suffisamment de liberté à son peuple et que sa famille a abusé des noms de Ben Ali et Trabelsi pour s’octroyer un certain nombre d’avantages, Leïla Ben Ali défend également son mari et sa famille, se sentant coupable de ce qui se passe en Tunisie et responsable du fait que plusieurs de ses proches soient aujourd’hui en prison. « C’est une femme écorchée vive », répète l’éditeur.

0 Partages