Hamadi Jbèli : Le tourisme c’est bon même si ce n’est pas “Halal”

200

« Le tourisme en méditerranée fait face actuellement à de nouveaux défis liés, essentiellement, aux nouvelles exigences du touriste, ce qui est de nature à affecter négativement la part de la région dans le marché mondial du tourisme », a avancé Hamadi Jbèli,

Chef du Gouvernement provisoire qui s’exprimait à l’ouverture de la 6èmeédition du colloque international de l’Organisation mondiale du tourisme (lundi 16 et mardi 17 Avril 2012 à Djerba),

Jbèli a indiqué que « les destinations touristiques méditerranéennes ont tout intérêt à réviser leurs stratégies de développement touristique, sur la voie de la complémentarité au lieu de la concurrence».

Avant d’ajouter que cette complémentarité doit être basée sur de nouvelles bases de coopération commune, notamment, en matière de promotion, de marketing et de commercialisation du produit touristique.» «La Tunisie qui occupe une position stratégique au sein de l’espace méditerranéen, aspire à jouer un rôle de premier plan», a indiqué le chef du gouvernement.

Jebali a tenu à rassurer les visiteurs étrangers quant à la situation sécuritaire du pays et au climat de liberté et de démocratie. Dans ce cadre, il a affirmé que la transition démocratique en tunisie, notamment la prochaine Constitution tunisienne, en cours de préparation, consacrera les libertés publiques et individuelles. «Nous refusons toute forme d’extrémisme ou d’exclusion. Nous voulons consacrer la paix sociale», ajoute-t-il.

Il a, par ailleurs, mis l’accent sur l’importance du rôle économique et social du secteur touristique, qui constitue, a-t-il précisé, le garant de la stabilité des démocraties et de l’enracinement de la culture de la liberté individuelle.

Jbèli a réitéré la volonté de la Tunisie de dynamiser le secteur touristique dans les plus brefs délais. Le gouvernement oeuvrera à lancer les réformes à même de régler les problèmes structurels du secteur, a-t-il précisé.

Mais quid des craintes des touristes ? Jbèli a affirmé ” Je tiens à vous rassurer. Il n’y a pas de problèmes de ce côté. Nous tenons à respecter les habitudes de nos visiteurs que ce soit au niveau de leurs aliments, leurs habits ou les spécificités de leur vie “.

Dans cette logique et en réponse à une question d’un journaliste sur la notion du tourisme «halal», Jbèli a continué “il n’y a pas de tourisme halal ou haram, il y a tout simplement du tourisme». une manière de dire “La bière et le bikini allez-y”

Elyes Fakhfakh, ministre du Tourisme, a assuré que, outre le rejet de toute forme d’extrémisme, la Tunisie restara un pays d’ouverture, de tolérance d’accueil et d’hospitalité.
Plus de 400 experts nationaux et internationaux prennent part à cette manifestation.

0 Partages