Madrid à nouveau número uno

280

MADRID – Quatre années après son dernier sacre en Liga, le Real Madrid tient enfin un nouveau titre de champion d’Espagne, remporté mercredi en faisant toujours la course en tête devant le FC Barcelone, lors de la deuxième saison de l’entraîneur portugais José Mourinho à la tête du Real.

Les Madrilènes, qui ont gagné mercredi soir sur le terrain de l’Athletic Bilbao (3-0), ne peuvent plus être rattrapés par le Barça, vainqueur contre Malaga (4-1), à deux journées du terme de la Liga. Ce titre – le 32e de l’histoire du Real et le premier depuis 2008 – récompense ainsi une trajectoire sans faille en championnat des hommes de Mourinho.

Il vient aussi apaiser la déception des Blancs en Ligue des champions, une compétition qu’ils avaient également mis à leur menu mais d’où ils auront été sortis par un Bayern Munich particulièrement combatif (3 tirs au but à 1 en demi-finale retour). Si la “Decima” – la dixième Coupe d’Europe de l’histoire du club merengue – sera donc pour plus tard, le parcours du Real en Liga aura en tout cas été impressionnant. Certes, le rival barcelonais, en revenant à quatre points des Madrilènes juste avant le Clasico de la mi-avril, aura contribué à relancer le suspense, mais les Madrilènes seront cette année restés maîtres de leur sujet.

Leurs statistiques, notamment offensives, en témoignent: avec 112 réalisations en Liga à trois journées de la fin, la bande à Ronaldo, déjà auteur de 43 buts, s’est transformée en véritable machine à buts.

Balayés ainsi les 107 buts du Real Madrid de la saison 1989-1990 qui constituaient jusqu’à présent la meilleure marque du championnat espagnol.

Les Merengue, qui auront fait du contre leur meilleure arme, auront su se montrer fermes jusqu’au bout pour repousser la dernière offensive des Blaugrana: en remportant 2-1 le Clasico au Camp Nou, ils ont mis le point d’orgue à une course de fond qui aura souvent ressemblé à un sprint.

Le mérite en revient aussi à leur entraîneur, José Mourinho, qui continue avec ce titre à étoffer son large palmarès. Le Portugais, avec ce sacre, côtoie désormais l’Autrichien Happel et l’Italien Trapattoni dans le club très fermé des entraîneurs ayant glané quatre titres nationaux dans quatre pays différents.

0 Partages