L’espagne au cœur d’une crise !

315

L’espagne au cœur d’une crise !

On a défilé à nouveau, hier, dans tout le pays. Les manifestants dénoncent les coupes budgétaires dans la santé et l’éducation. Pendant ce temps, les Européens poursuivent le débat sur la croissance.

Une mobilisation moins forte que le 29 mars…

Avec pour mot d’ordre « On ne joue pas avec l’éducation et la santé », les Espagnols ont manifesté, hier, dans 55 villes contre le plan d’austérité du gouvernement conservateur Rajoy. Ils étaient plusieurs dizaines de milliers à Madrid (40 000 selon les syndicats), nettement moins à Barcelone (700 selon la police, 4 000 selon les syndicats). La mobilisation, à l’appel de la Plateforme sociale de défense de l’État-Providence et des services publics, était moins importante que lors de la grève générale du 29 mars.

…mais les syndicats maintiennent la pression

Le syndicat UGT, qui était dans la rue hier avec la CCOO, promet de ne rien lâcher. « Nous n’allons pas oublier les coupes (budgétaires), nous serons là tous les jours jusqu’à ce qu’elles soient corrigées », a déclaré Candido Mendez, son secrétaire général. D’autres défilés sont attendus le 1er mai. Le plan de rigueur voté le 20 avril met fin aux médicaments gratuits pour les retraités, permet l’augmentation des droits d’inscription à l’Université et restreint l’accès à la santé des immigrés sans-papiers. Une hausse des impôts indirects en 2013 a enfin été annoncée vendredi, par le ministre de l’Économie, Luis de Guindos. Une « recommandation » du Fonds monétaire international.

Le gouvernement justifie les « changements structurels »

« Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas les décisions adoptées, a reconnu, hier, Mariano Rajoy. Mais le problème, c’est la crise, le chômage, la récession, le désordre dans les comptes publics, il faut opérer des changements structurels. » Les changements structurels, c’est précisément ce que suggère la chancelière allemande, Angela Merkel, pour relancer la croissance. Elle préconise de flexibiliser le marché du travail : « La croissance ne coûte pas forcément de l’argent. »

Un « plan Marshall » européen serait en préparation

Un quotidien espagnol, El Païs, a pourtant fait état, hier, d’un projet de « plan Marshall » qui serait en discussion au niveau européen. Il mobiliserait 200 milliards d’euros d’investissements publics et privés pour des projets d’infrastructures, les énergies renouvelables et les technologies de pointe. Le plan reprendrait plusieurs idées discutées depuis plusieurs mois, comme la création d’euro-obligations

0 Partages