Les Algériens appelés aux urnes pour élire leurs députés

336

Les Algériens appelés aux urnes pour élire leurs députés

Après l’élection présidentielle en France et l’élection législative en Grèce, c’est au tour de l’Algérie d’organiser son scrutin. Les électeurs votent pour élire leurs 462 députés lors de ce scrutin à la proportionnelle.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures locales pour permettre à plus de 21,5 millions d’électeurs de voter jusqu’à 19 heures locales. En France, les 800.000 inscrits ont jusqu’à 22 heures pour glisser leur bulletin dans l’urne. La plus grande communauté du pays se trouve en Seine-Saint-Denis avec 90.078 électeurs.

La tâche ne s’annonce pas facile, les Algériens de France doivent choisir parmi 23 listes. Ils sont nombreux à s’inquiéter de la présence de 7 partis islamistes.

Rachid Zeroual, ancien militant du Front de Libération Nationale et ancien adjoint au maire d’Alger, faisait partie des premiers électeurs à glisser le bulletin dans l’urne dans un bureau installé dans le quartier historique d’Alger.

“Il faut donner plus de chance à cette jeunesse après 50 ans au pouvoir. L’ancienne génération doit maintenant passer le flambeau. Moi j’ai voté pour un profond changement comme l’a déclaré le président Bouteflika”, a déclaré M. Zeroual.

Mercredi, le président Abdelaziz Bouteflika a pressé les Algériens, surtout les jeunes, de voter alors que la plupart d’entre eux se déclarent indifférents à la vie politique.

M. Bouteflika, 75 ans, leur a assuré que “sa génération avait fait son temps” en Algérie, qui fête ses cette année ses 50 ans d’indépendance.

Le taux de participation devrait être connu après la fermeture des bureaux de vote et les premiers résultats annoncés vendredi dans la matinée. En 2007, seulement 35% de la population avait voté.

Le scrutin sur l’ensemble du territoire a été placé sous l’observation de quelque 500 étrangers, dont quelque 150 observateurs de l’UE, d’autres de la Ligue arabe, de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) de l’ONU et d’ONG américaines.

De premiers scrutins itinérants ont également commencé dans le sud désertique du pays où vivent des populations nomades, tandis qu’à l’étranger, dont en France, les Algériens ont commencé à voter depuis le 5 mai pour élire 8 députés.

0 Partages